Fondation Emmanuel Mendelssohn

Bonjour, je suis actuellement en quête d’informations sur l’ancienne Fondation Emmanuel Mendelssohn dont les bâtiments étaient autrefois situés sur un des parkings actuels d’Ilbarritz à côté de la grande maison entre l’Avenue de Bidart et la Rue de la Paix.

Voici une photo datant de l’époque :

Fondation Emmanuel Mendelssohn

Si vous avez des photos ou des souvenirs, merci de m’en faire part.

kevinatilbarritz.com

100 Responses to “Fondation Emmanuel Mendelssohn”

  1. Claudie dit :

    Bonne Annee a toi aussi, Maurice !!

  2. bracquart alain dit :

    bonjour à tous.il y a des choses que je ne comprend pas au sujet de la roseraie d’ilbarritz bidard basses pyrénées.j’ai séjourné dans cet établissement dans les années 50 deux fois dix huit mois,le directeur s’appelait monsieur raffestin son fils jean-paul,nous avions à peu-prés le meme age.il y avait bien sur la séparation avec les parents,mais nous étions bien traités .nous allions à la plage en descendant la falaise en passant devant des blockaus,ou vivait les croutchottes une famille de nomades qui faisait à manger avec des bidons sur un feu de briques.nous faisions de la terre glaise des cendriers des belles choses.la prairie offrait toujours des divertissements.l’été il y avait les tentes de la colonie.je garde de bons souvenirs de là-bas(madame jo l’infirmière,simonne,c’étaient des monitrices;je ne comprend pas ce qui s’est passé aprés.en ce temps là,la classe correspondait avec des autres copains et copines de l’hérault du gard,il y avait la terrasse où nous faisions,des rassemblements d’enfants avec les couleurs,juste à coté de la piscine,pour descendre aux réfectoires .il est vrai qu’il y avait de la discipline,mais sans plus,je tiens à préciser que nous étions trois frères et deux soeurs venus du pas-de-calais,mon père était mineur de fond,ma mère à l’hopital pour tuberculose.nous allions parfois au lac de la négresse,au musée de la mer,au rocher de la vierge,au bois de bidard où nous faisions des chasses aux trésors des pates de fruits,du chocolat,les gouters,nous allions voir la pelote basque.non je ne vois pas de mauvais souvenirs à la roseraie d’ilbarritz .pour les autres,je suis vraiment désolé,mais la direction avait changée.quel gachis.alain de aix-noulette 62160.pour les anciens ,rappel de mémoire,je m’étais blessé en courant derriere les poubelles et je m’étais empallé le tibia sur un vieux sanitaire avec une sacré ouverture,de là je suis allé à l’infirmerie qui se trouvait à coté des appartements de monsieur raffestin.j’ai été bien soigné.voilà,si vous voulez en savoir plus je suis à votredisposition merci alain.

  3. Salut , j’ai cherché longtemps le nom de cette établissement (Roseraie) ou j ai passé environ 15 mois dans les années 65, et je suis d’accord avec Alain Bracquart , jamais eu de PB , très bon souvenir ,, je me rappel bien de la famille nomade . A la plage j ai failli être emporté par le courant et une monitrice ma attrapé par les cheveux ,,Je viens de Lorraine Piennes fils de mineur , Pour finir , j ai un doute sur ce bâtiment , je me demande si c est bien la Roseraie que j ai connu ?? car si tu tape la (roseraie) sur Google c est un autre bâtiment bien plus grand et c’est celui que j’ai en tête , car dur dur de se souvenir…Amicalement..

  4. guy dit :

    Il y a une confusion pour certaines personnes. La fondation M. et la Roseraie étaient deux établissements différents.
    Le batiment de la fondation a effectivement été rasé alors que celui de la Roseraie est toujours debout mais totalement modifié car transformé en appartements de luxe il y a quelques années.
    Cordialement.

  5. Maillat Brunot dit :

    Des années j’ai cherché cette maison et aujourd’hui à 66 ans je me suis mis à l’informatique. Je tombe sur des commentaires que je ne peux comprendre mais dont je n’ai aucun doute. J’ai séjourné en 1960 dans cet aérium. J’avais 12ans. Pour moi que du bonheur, nous mangions très bien très choyés, à la mer tous les jours par ce fameux escalier en longeant cette haie d’hortensias. Je me rappelle quelques nom de monitrice que l’on appelait Maman. Il a avait Maman denise, michèle, Hélène l’infirmière très gentille femme blonde et pour notre groupe les grands j’étais avec Madame France.
    J’avais une petite amoureuse dans le groupe des filles. Elle avait un handicap à une jambe. Elle habitait Bron près de Lyon. Quelques semaines après être rentré à la maison elle m’a envoyé un beau dessin. Si seulement je pouvais avoir de ses nouvelles.
    Certains se rappelleront peut-être que le 15 août nous avions de la glace faite maison par Maman Marguerite qui était déjà bien âgée. Nous avions eu un service religieux ce jour de 15 août et j’avais servi la messe.
    Je me rappelle aussi du maître nageur qui nous prenait les grands pour faire de la gym sur la plage et courrir. J’aimerais bien retrouver tous les enfants grands de cette année là 1960 et pourquoi pas cette petite fille dont j’étais amoureux.
    Très triste de ce que je viens de lire, je formule tous mes vœux que ces enfants aient pu retrouver sérénité et joie de vivre.
    Je vous embrasse tous. Mon adresse email brmaillat@gmail.com
    Pour moi cela a été de merveilleuses vacances.

  6. greco daniele dit :

    j’ai également séjourné dans cet aérium, en 1962, sur préscription médicale . J’avais 2 ans et des petits problèmes de décalcification. Mon père était décédé quelque semaine aprés ma naissance,ma mère dans une grande tristesse. J’étais néanmoins un bébé décrit comme vif, enjoué, souriant, bavard. Je ne sais combien de temps, j’y suis restée, mes frères et ma mère évoquant autour de 6 mois. Je me souviens d’une chambre aux murs bleus, d’un lit dans lequel j’étais attachée, et d’une femme qui me mettait des claques car je devais pleurer.. j’avais eu la mauvaise idée de déclarer une varicelle!! Je ne me souviens pas d’avoir pu aller à l’océan. Ma mère m’a racontée que lorsqu’elle est venue me chercher à la gare de Grenoble à mon retour,, je ne riais plus, j’avais une vois rauque, peut-être d’avoir trop pleuré, et que je répétais en boucle: elle m’a donnée des claques!! dans ma petite valise, des vêtements avaient disparu.. j’ai frôlé l’hospitalisme, je ne voulais plus que l’on m’approche, je mangeais peu, restais plantée dans un coin, et dormais trés peu, toujours en veille.. ma mère, puis une de mes tantes en ont perdu le sommeil!! c’est ce qui se raconte dans ma famille. Il leur a fallu beaucoup de patience pour me rassurer! Ma mère et mes frères ont beaucoup culpabilisé. Ces mois de maltraitance ont laissé des traces- un côté abandonnique. Aujourd’hui, je suis psychologue, je travaille avec des enfants handicapés en institution médico-sociale, et en vigilance maximale contre la maltraitance.. je sius trés touchée par les témoignages de ceux qui, comme moi, ont subi de la violence dans cet aérium!
    danièle

  7. Claudie dit :

    Mon sejour n’a pas ete si traumatique mais c’est sur, on ne baignait pas dans l’affection. J’y suis allee en 64

  8. Claudie dit :

    C’est quand meme bizarre comme la facon dont les enfants etaien traites changeait d’annees en annees. Changement de personel, je suppose ?
    Je n’ai jamais ete frappee mais on se faisait houspiller souvent et aucune affection. Dur pour les plus petits.
    Et je me souviens que dans le groupe des plus gandes filles, il y en avait des mechantes envers les plus petites aussi.

  9. Raymond Véronique dit :

    Il y avait aussi les terribles siestes du début d’après midi!
    On était « obligées » de d’allonger sur le ventre pour s’endormir.
    Et c’est vrai qu’il y avait une surveillance par des gamines de notre groupe désignées pour nous surveiller et qui en profitaient pour jouer les gardiennes de prison!!

  10. Claudie dit :

    Les bains etaient ma hantise. C’etaient les grandes qui nous les faisaient prendre et elle nous mettaient la tete sous l’eau. Il y en avait que ca ne derangeait pas. Moi, j’avais une peur bleue du jour des bains.

  11. Raymond Véronique dit :

    Bonjour à tous,
    Je me rappelle aussi des bains qui étaient toujours trop chauds.
    Ma soeur à même été brûlée. Elle hurlait la pauvre !

  12. maillat brunot dit :

    Je reviens à mon message du 2 septembre.
    cette jeune fille s’appelait Yolande.
    Je reste à disposition si l’un de vous en a l’envie. J’habite en Suisse à Neuchatel. Tous mes plus cordiaux messages.

  13. CELA dit :

    Bonjour Kévin,

    je m’appelle Valérie CELA
    j’ai séjourné au centre de la période du 23 mars 1969 au 8 février 1970.
    j’y suis restée une année. j’avais 2 ans.

    Je suis entrain d’écrire un Témoignage sur ma vie, suite à ma guérison de la
     » sclérose en plaques ». Et cela me ramène à cette période.
    je souhaiterais savoir si des personnes peuvent me renseigner sur la période de mon séjour.
    Est ce que, ce traitement, était infligé à tous les enfants ?
    Ceci dit, je sais que mes parents, ce sont battus auprès des ASSISTANCE SOCIALE pour me récupérer.
    Je suis rentrée pour prendre du poids, mais mon séjour c’est révélé sans grande amélioration. parfois j’ai le goût de la carotte, qui me remonte de mon enfance.
    j’ai la vision d’un grand dortoir et qu’il y a des lits à barreaux, est ce mon imagination ? je ne sais pas, car j’étais petite et je n’ai aucun souvenir de cette période
    Je sais que j’ai souffert, car je ne voyais pas mes parents, ils ne pouvaient pas venir car nous habitions dans la LOIRE.
    j’ai des bulletins médicaux, de suivit de mon séjour, stipulant des petits problèmes de santé pendant ce long séjour. J étais pour ainsi dire, très souvent malade.

    Merci à vous Kévin, d’avoir créer ce BLOG, qui doit aider beaucoup de personnes, même, si ce sont des souvenirs de souffrances, nous avons le droit de savoir.

    VALERIE

  14. Claude hazet dit :

    Bonjour, perso j’ai fait 3 sejours d’environ 5 mois. En 59 60 et 61.
    J’ai egalement eu droit a la baffe de bienvenue, de la part de maman france. La bouffe etait, je suis ok, degueulasse. Punie a remanger de la morue qui etait sous la table, de force. Depuis je n’ai jamais remange de morue de ma vie. Heureusement il y avait des copains de souffrance. Je cite Bellomeau et hospitalier, deux copains de misere durant mes 3 sejours. Mais ou sont les photos.

  15. Claude hazet dit :

    Pour les baignades c’etait tous a poils.
    Nous etions ranges du plus petit au plus grand, pour aller manger a la cantine.
    Nous allions a la plage en slip et maillot de corp.
    Le dortoir etait en demi sous sol et sans fenetre.
    Tres souvent de la puree verte a table.

  16. marcouly dit :

    Bonjour, je salue la bonne initiative de la commune qui a rasé ce bâtiment la place à t elle un nom?. Amicalement Maurice

  17. marcouly dit :

    Comment se nomme cette place?. Emmanuel Mendelssohn?.

  18. maillat brunot dit :

    Bonjour à tous,
    Pas de réponse à mon message. J’étais ds le groupe des grands. Aucun ne s’en souvient?
    en vous souhaitant de belles fêtes de fin d’année un joyeux Noël. brunot

  19. marcouly dit :

    Bonjour, un petit coucou à Claude nous avons connu le même dortoir, en demi sous-sol sans fenêtre avec des petits lits étroits, un seul lit plus grand près de la porte de sortie. Il était bien sombre ce dortoir si on peut appeler cet endroit un dortoir!. Je devais y être en 1962 1963 j ai peu de souvenirs, nous formions un groupe isolé, comme j ai p? l écrire dans un ancien message,
    je n ai pas aperçu d autres enfants pendant mon long séjour!. Étions nous isolés comme des pestiférés?. Y avait-il dans cet établissement des groupes d enfants pauvres et des groupes d enfants issus de familles aisées ?, mieux logés, nourris, et chouchoutés ?. Amicalement Maurice

  20. huard dit :

    Bonjour,
    J’ai séjourné dans un autre aérium : à douvaines près d’Annemasse dans les Alpes en en 1961 (3 mois, j’avais 5 ans) et 1962-1963 (8 mois).
    Le site s’appelait « la prairie ». Il n’existe plus, une partie des bâtiments a été rasés, l’autre a été transformé en résidence. Petit, j’ai peu de souvenir, je sais que le secteur s’appelait Nazareth. A 6 ans j’ai un peu plus de souvenir: des parties d’osselets, des promenades à pied au lac Léman distant d’environ 2 kms, du cinéma le dimanche, du manège avec des chevaux de bois devant le réfectoire, d’un surveillant nommé Albert qui nous réconfortait, de l’infirmerie au 1er étage, des cours de classe (j’avais commencé le CP) au rez de chaussé.

    Y a-t-il-des personnes qui y ont séjourné ? En 1988 j’ai fait des photso

  21. Claudie dit :

    Valerie, en effet, les tous petits etaient dans des lits a barreaux. Je ne les ais vus qu’une seule fois a mon arrivee au centre mais je m’en suis toujours souvenu car il y avait pas mal de bebes qui pleuraient. Je n’avais que 7 ans mais ca m’a fendu le Coeur car je voulais aussi pleurer mais je me suis retenue.

  22. Raymond dit :

    Bonjour Huard,
    Je suis aussi allée à l’aerium de La Prairie Douvaine .
    J’avais 10 ans environ. En 1965.
    Je me souviens qu’on étaient allés à plusieurs groupes au lac d’Annecy (À pieds peut être, je ne suis plus sure) .
    Je me souviens des promenades à la période où il y avait des primevères de toutes les couleurs dans les prés. C’était très joli.
    Cet aerium était très sympa par rapport à la fondation Mendelssohn.

    Véronique

  23. Raymond Veronique dit :

    Bonjour Huard,
    Je suis aussi allée à l’aerium de La Prairie Douvaine.
    J’avais 10 ans environ en 1965. Je me souviens d’avoir été en groupe au lac d’Annecy.
    A pied peut être mais je n’en suis pas sûre. Je me souviens aussi des promenades dans les prés. Il y avait des primevères de toutes les couleurs. C’était très joli.
    Cet aerium était très sympa par rapport a la fondation Mendelssohn.
    Contente de te renseigner.
    Véronique

  24. Raymond Veronique dit :

    Je me souviens aussi qu’on nous faisait crier de temps en temps : « La Prairie Douvaine hip hip hip hourra ! »

  25. bonjour
    moi j ai sejourner a la roseraie de 65 a 67 avec mes deux soeurs qui etait chez les grandes moi j etis chez les moyennes j avais 9 ans pas de mauvais souvenir de cette maison d enfantn je me souvient de bambilalingere de mademoiselle andree l infirmiere et de josette aussi ma monitrice s appellait simone oussourigarial une grande brune mon prenom et viviane stawski mes deux soeurs s appelleclaudine et stephanie

  26. Marcouly dit :

    Bonjour, comme l’explique Guy il y a confusion entre la Roseraie et la fondation dont les bâtiments ont été rasés.

  27. Marcouly dit :

    Bonjour merci aux personnes qui ont séjourné à la Roseraie de ne rien écrire sur ce forum car il est réservé aux enfants de la fondation Mandelssohn.

  28. Claude hazet dit :

    Le sejour commencait par un long voyage.
    Depart de la gare montparnasse de paris.
    La les gardiennes en tenue blanche avec une mini cornette sur la tete, nous attendaient.
    Au revoir les parents, les pleurs et en route.
    Des compartiments de 8 places avec 15 gamins dedans.
    Apres une tres mauvaise nuit, arrivee gare de biarritz la negresse.
    Transfert, rangement des affaires et la 1er baffe en guise de bienvenue.

  29. Marcouly dit :

    Bonjour, avec Claude on a connu le même dortoir en demi sous sol, enfin même si je l’ai peut être déjà écrit c’était un espace sombre sans fenêtre, une porte d’entrée pleine en bois, des petits lits à barreaux en ferraille. Moi j’ai eu droit à une salve de coups de balaie en guise de bien venu. Les cafards étaient nos compagnons de jeux et je me souviens lorsque j’ai vu pour la première fois les trois lancers du Bengale mettre dit, tiens ils jouent dans leur cellule comme nous le faisions dans la chambre de la fondation à Biarritz . Je me souviens d’avoir pris une douche dans le sous sol également, nous étions ce jour là une quinzaine dans cette salle de bain commune aux murs gris sans peinture. Est-ce la seule douche en plusieurs mois que j’ai eu à prendre? Je n’ai pas le souvenir d’une autre!. Nous étions solidaires dans cette chambrée, et seuls du moins, là aussi je ne me souviens pas d’autres enfants dans l’établissement et je n’ai aperçu aucunes filles. Étions nous les pestiférés de la fondation? Au point même de nous cacher dans une cave lors d’ un contrôle de la sécurité sociale. Nous avons vécu dans ce camp, loin de notre famille avec des brimades journalières, une nourriture immangeable, que nous avons fini par manger, on finit finalement pat accepter l’inacceptable !. Et enfin vient le jour de la délivrance et la joie immense de retrouver les siens après de longs mois interminables de séparation. Amicalement à tous Maurice

  30. Claude hazet dit :

    Et puis en septembre, alors que nous etions un peu moins nombreux, nous allions dormir vers le fond du parc a cote de l’espace jeux. Nous avions egalement un semblant d’ecole.

  31. Marcouly dit :

    Bonjour, je me souviens également de ça Claude. Amicalement Mairice

  32. Marcouly dit :

    Bonjour. Comprendre, les raisons pour lesquelles des enfants en bas âges ont pû être séparer de leur famille par la société de l’époque, pour des raisons de santé très souvent discutables et mis entre les mains d’un personnel non qualifié , les petits devaient appeler (maman) dès leur arrivée une dame, qu’ils n’avaient jamais vu!, le traumatisme causé par ce changement d’identité aussi rapide qu’inexiqué pouvait à lui seul provoquer des séquelles indélébiles, qui allaient les accompagner tout le long de leur vie!. Les témoignages indiquent également que dans cette fondation la maltraitance physique et morale était présente journellement. Comment réussir sa vie après un séjour aussi long dans des conditions aussi extrèmes?. Comme dans un camp de concentration nous vivions petits et grands, sans nous voir, et les souvenirs nous nous sommes tous efforcés de les chasser de notre mémoire de retour dans nos familles après avoir été libérés!. Je demande aux enfants qui ont séjourné dans ce centre (pas la roseraie) de bien vouloir m’écrire à mon adresse mail que voici afin de pouvoir discuter de vive voix par la suite de ce triste lieu qui restera pour toujours gravé dans nos mémoires. Je pense à Claude, Claudie, Eliane, Véronique, Patricia, et les autres, pour certains le contact est déjà réalisé. Merci mmarcouly@gmail.com

  33. Marcouly dit :

    Bonjour. Comprendre, les raisons pour lesquelles des enfants en bas âges ont pû être séparé leur famille par la société de l’époque, pour des raisons de santé très souvent discutables et mis entre les mains d’un personnel non qualifié , les petits devaient appeler (maman) dès leur arrivée une dame, qu’ils n’avaient jamais vu!, le traumatisme causé par ce changement d’identité aussi rapide qu’inexiqué pouvait à lui seul provoquer des séquelles indélébiles, qui allaient les accompagner tout le long de leur vie!. Les témoignages indiquent également que dans cette fondation la maltraitance physique et morale était présente journellement. Comment réussir sa vie après un séjour aussi long dans des conditions aussi extrèmes?. Comme dans un camp de concentration nous vivions petits et grands, sans nous voir, et les souvenirs nous nous sommes tous efforcés de les chasser de notre mémoire de retour dans nos familles après avoir été libérés!. Je demande aux enfants qui ont séjourné dans ce centre (pas la roseraie) de bien vouloir m’écrire à mon adresse mail que voici afin de pouvoir discuter de vive voix par la suite de ce triste lieu qui restera pour toujours gravé dans nos mémoires. Je pense à Claude, Claudie, Eliane, Véronique, Patricia, et les autres, pour certains le contact est déjà réalisé. Merci mmarcouly@gmail.com

  34. Claudie dit :

    Merci Maurice pour ce « blog ». J »avais essaye de trouver des renseignements sur cet etablissement depuis des annees. Je n’y arrivais pas et la… miracle.. je decouvrais ta page. Merci infinimment.
    On ne peut pas changer le passé mais bon… en parlant tous ensembles, ca fait du bien.

  35. Marcouly dit :

    Bonjour Claudie, juste une petite précision, je ne suis pas à l’origine de ce blog, c’est Kévin qui l’a créé. Amicalement Maurice

  36. Claudie dit :

    Merci Kevin !!!!!!!!!!!!!

  37. Maillat dit :

    Tous mes voeux à tous de bonheur de joie et de santé. Ps de réponse depuis mon message de Noël 2014.
    Si qq un veut prendre contact voici mon adresse émail
    brmaillat@gmail.com.
    Avec mes plus cordiaux messages.
    brunot

  38. Le Guern Marie-Françoise dit :

    Serait-il possible de connaitre les conditions de vie à la fondation Mendelssohn dans les années 1937-39, et par des archives savoir le motif médical du séjour d un parent aujourd hui âgé pour essayer de mieux comprendre?

    Merci à tous

    marif

  39. evelyne dit :

    bonjour, je ne suis pas sûre de l’endroit je ne reconnais pas tout à fait le bâtiment excepter la grande baie vitrée à petit carreaux sur le coté qui dans mes souvenirs était une grande salle où l’on nous donnait le goûter;
    je me souviens également mon arrivée dans le dortoir ou j’ai du faire mon lit pour la première fois j’avais alors 7 ans, mon séjour a commencé en février 1964 et c’est terminé le 12 juillet de la même année. Je me rappelle également les bains tous ensembles Mon plus cruel souvenir concerne les repas, si l’on ne finissait pas notre assiette, à 16h nous étions séparés des autres enfants et nous devions la terminé dans la cuisine à la place du goûter.c’est vrai que la disciple était stricte
    Il y avait une classe unique les bureaux étaient noirs. Suite au traumatisme que j’aie subit durant cette période je me suis jamais séparée de mes enfants.Ni colonie et je faisait tout les voyages scolaires.Il y a une petite fille qui m’a aidé à traverser cet enfer je ne me rappelle que son prénom DOMINIQUE on s’endormait en se donnant la main nos lits se situés dans le fond du dortoir dans un recoin.Dominique contacte moi si tu lis ces lignes en partant je t’ai laissé tous mes jouets sinon je n’ai subit aucun sévices bonne continuation à vous tous evelyne

  40. DOS REIS dit :

    Bonjour, merci de me dire à quelle adresse mail je peux envoyer 2 photos d’avant-guerre, sur ce site qui servait de colonie de vacances.
    Cordialement
    Jean-Claude

  41. evelyne dit :

    bonjour, Suite à mon commentaire j’ai pu retrouver l’établissement dans lequel j’ai séjourné durant 5 mois et ce n’est pas celui-là, j’avais des doutes car je ne reconnaissait pas la totalité du bâtiment. celui que je recherchais, se situe à Biaudos, maintenant c’est un foyer cet été je retournerai sur place et je pourrai enfin tourner la page !
    Merci à tous et bonne continuation à vous tous
    Evelyne

  42. delaunay dit :

    je recherche des personne ayant séjourne a douvaine aérium la prairie en 1968 je me souviens du prénom de quelque monitrice comme mademoiselle Sylvie madame Christiane et pierrette je m’appel Martine et mon mari Herve nous étions ensemble a la douvaine avec mon petit frère pascal .si vous vous souvenez dite le

  43. Claudie dit :

    My reponse va a Evelyne (message du 2 fevrier). NOus avons ete a la foundation a la meme epoque. Je suis arrivee en janvier 64 and je suis partie courant avril.
    Par contre, je me souviens de 2 classes (ecole) distinctes. Je n’ai aussi pas de tres bons souvenirs de cet endroit. Les « monitrices’ n’etaient pas patientes. Tout notre courrier (recu) etait lu et je me suis fait enguirlandee par la driectrice une fois parce que ma Mere avait ecrit dans une de ses lettres que j’allais partir en avril. La Directrice m’avait dit que ce n’etait pas a elle de decider (comme s’ il avait fallu qu’elle dise cela a moi). Et les repas… Un jour, in cafard dans mes nouilles. J’avais rammene mon assiette a la cuisine et les cuisinieres m’avaient regarde comme si c’etait normal.

  44. Maillat dit :

    J’ai séjourné en 1960 dans cet établissement. Je n’ai que de bons souvenirs. Jamais de sévices ou autre. J’étais dans le groupe garçon avec comme monitrice Madame France. Nous mangions très bien et le 15 août nous avions droit à de la glace faite maison par maman Marguerite personne déjà âgée. Oui il fallait appeler ces personnes Maman mais moi j’ai pris cela comme leur nom. Ma Maman c’était ma maman pas avec son prénom derrière. Déjà à l’époque j’avais un caractère fort que j’ai toujours d’ailleurs.
    Peut-être que des enfants se souviendront de moi…..
    Je vous adresse tous mes bons vœux pour la continuation de votre vie.
    brunot

  45. Claudie dit :

    Non.. Non… je n’ai pas dit de sevices. Juste que les femmes qui y travaillaient a mon epoque n’etaient pas patientes et ralaient beaucoup. Sinon, je n’ai jamais ete frappee.
    Bizarre, je ne me souviens plus du tout des noms de ces femmes. Je ne crois pas que je les appelais par quoi que ce soit et surtout pas « Maman ».
    La nourriture etait tres repetitive et je n’ai absolument pas de souvenirs de glace.
    Il y avait une tele et pratiquementuin seul visiteur (mon Pere) et on allait regarde la tele seulement quand il venait. Sinon, les autres dimanches… jamais. Juste pour faire croire que c’etait dans les habitudes.
    Ce sejour m’a beaucoup marque quand j’etais enfant. A present, ca ne me derange plus du tout.

  46. Pierre Olivier PINGUET dit :

    Bonjour, les fondateurs de la fondation Mendelssohn sont de ma famille, à écouter vos sincères témoignages, il s’agit de ma tante monique et de sa maman. je comprends qu’il y ait une entropie, et je me dois de vous communiquer l’information qu’il vous manque, la fondation a été, je ne sais pas si le terme vendu est correcte, mais en tout cas elle a changé de main, l’année et les nouveaux acquéreurs ne font pas partis de mes souvenirs mais m’engage à revenir vers vous dès que j’obtiendrais l’information.
    Po

  47. claude hazet dit :

    Par contre pour moi,par la denomee maman france j’ai eu droit a une tres belle baffe le jour de mon arrivee. Elle riait et elle disait a ses copines, regarde il a deja eu un coup de soleil. Simplement parce qu’elle disait que ma valise etait grande et qu’il n’y avait rien dedans. Je n’aurai pas du me rebiffer.

  48. Maillat dit :

    Abasourdi par tous ces commentaires. Je n’ai pas vécu pendant les trois mois ce que vous narrer et je n’ai pas vu ni subit de maltraitance. Pourtant je n’étais pas un saint. J’ai même cassé les lunettes de soleil médicales de Madame France. Alors Alors. Dommage pour vous. j’en suis fort peiné.
    Avec mes plus cordiaux messgaes.
    brunot

  49. Natali dit :

    Bonjour,

    A tous et toutes qui êtes passés par ce lieu. Moi c’était en 1964 ou 65 je ne sais plus je prendrais cette infos si ça intéresse quelqu’un ( ?)
    je découvre depuis peu ce site sur la fondation Mendelson
    Je peux vous confirmer que cette bâtisse est bien la fondation Mendelssohn.

    Je m’en souviens parfaitement. La porte d’entrée sur la photo puis de suite les deux premières fenêtres l’accueil des arrivants.A côté les 3 grandes fenêtres la cantine.
    En haut les dortoirs.

    Que de mauvais souvenirs pour moi.
    J’y suis restée 3 long et interminables mois de vrais souffrances et de maltraitances autant pour ma sœur que j’accompagnais car elle faisait du rachitisme,aussi j’ai été de la partie.
    Encore aujourd’hui les souvenirs de cet endroits sont vifs à leurs évocations.
    J’ai fait des cauchemars durant des années aprés notre retour en catastrophe de ce lieu.
    Martine

  50. Marcouly dit :

    Bonjour,
    Je viens pour avertir Thérèse que son adresse Mail n’est pas valide, je lui vous ai répondu mais le message m’a été retourné…
    Amicalement
    Maurice M

Leave a Reply